Hallucinant…Le Front national gerent le tampon hallal sans controle de la mosquée de Paris

Jean-Baptiste Malet est journaliste pour la revue Golias. Pendant un an, il a enquêté sur l’extrême droite. Dans un livre paru ces dernières semaines, Derrière les lignes du Front, Immersions et reportages en terre d’extrême droite, il consacre quelques lignes au halal. Au halal selon Marine Le Pen, présidente du Front national ? Non, au halal selon Paul Lamoitier, conseiller régional Nord-Pas-de-Calais et agent commercial. Quelques lignes qui ne manquent pas de sel. Voici l’extrait de l’ouvrage en question, que nous publions avec l’autorisation de Jean-Baptiste Malet.

Plus tard, tandis que je me rends dans le bureau du conseiller régional FN Jean-Richard Sulzer, professeur d’economie à Dauphine et responsable du « Cap Eco », l’organe d’élaboration du programme économique du parti lepéniste, je rencontre… le plus gros fournisseur de volailles hallal de la région Nord-Pas-de-Calais… Il s’agit de Paul Lamoitier, conseiller régional FN !
— Vous vous moquez de moi ? Vous etes serieux ?
— Mais oui, c’est serieux, m’affirme stoïque Jean-Richard Sulzer en bourrant sa pipe. Paul Lamoitier est le doyen de l’assemblée régionale Nord-Pas-de-Calais. C’est le plus gros fournisseur des bouchers hallal de la region.
— Je leur fournis de la volaille, c’est des gens qui payent bien, ils sont sympas, m’explique Paul Lamoitier. J’en connais même un qui vote pour nous, FN.
— Un boucher hallal ?


— Bien sûr. Moi je suis agent commercial. J’ai eté vingt ans dans les aliments du betail. Vingt ans dans les abattoirs de volaille. Et là, j’ai une agence commerciale.
— Vous devez voir d’un mauvais œil les islamophobes qui veulent interdire le hallal.
— Oui. Dans une boucherie hallal vous avez 60 % de Français et 40 % d’Algériens ou de Marocains. Les boucheries hallal, en principe, c’est des Marocains, et quelques Algériens. Et vous savez, pour simplifier, plutôt que de faire faire des chèques tout le temps, je leur ai fait faire une lettre pour directement tirer sur leur compte. On se fait confiance, ils signent. J’ai fourni huit bouchers hallal cette semaine. Mais il faut qu’ils aient une assurance crédit. J’appelle les clients, de 6h du matin à midi, avec mon fils. Je passe les commandes à l’abattoir qui livre le lendemain. Et à la fin du mois, ils m’envoient le chiffre d’affaires. Je fais généralement trente tonnes de hallal. Il faut simplement qu’il y ait un sacrificateur qui s’oriente dans le sens de la Mecque.
— Il faut reconnaître que c’est moins casse-pied que la viande casher. Moi, je suis de confession israélite, reprend le conseiller régional FN Jean-Richard Sulzer. On n’en sort pas avec le casher, c’est compliqué. Le hallal c’est simple. Un bon poulet hallal, c’est un bon poulet. Et un poulet hallal de m…. aux hormones, c’est un poulet de m…. aux hormones. Simplement on lui coupe le cou dans le sens de la Mecque. C’est-à-dire que si dans les services publics on nous disait « Il y a des gens qui veulent manger hallal mais les ministres du culte ne prendront aucune dîme sur cette viande-là parce que c’est du poulet comme les autres », il n’y aurait aucun probleme.
— Moi je fais un million de poulets vous savez, relance Paul Lamoitier. Si vous voulez, le hallal, il faut un sacrificateur. Mais ils savent bien que le sacrificateur il tue 50 poulets, et on en passe 5 000 ou 10 000 à l’heure… Les machines modernes, ça va très très vite maintenant. Il y a des machines avec lesquelles on peut en faire 15 000 à l’heure.
L’important, c’est qu’il faut qu’il y ait le cachet de la mosquee de Paris, conclut Sulzer en caressant son chien. Y’a des bagarres entre mosquées parce qu’il y a des gros fromages en jeu.

Nous avons pu joindre au téléphone Paul Lamoitier, 75 ans, qui nous a confirmé être agent commercial et « travaillé avec cinq-six abattoirs », notamment en Bretagne et en Belgique, la fameuse cuisse belge, qui lui fournissent tous les mois trente tonnes de volailles, dont dix tonnes estampillées halal. Estampilles halal de la SFCVH-mosquée de Paris. Conseiller régional, « au FN depuis trente ans », Paul Lamoitier ne voit pas de contradiction fondamentale entre son activité commerciale et la ligne du Front national. Lui se dit « modéré », ce qu’il n’hésite pas, nous dit-il, à écrire noir sur blanc sur ses tracts de campagne. Et d’ajouter qu’il n’est « pas raciste ». D’ailleurs « 3/4 de [ses] clients musulmans votent FN », car ils veulent, précise le conseiller régional, que cesse l’immigration. Pragmatisme mercantile ? Non, « libéralisme et humanisme », rétorque-t-il. Il n’en veut pas « aux Arabes », mais à Valérie Giscard d’Estaing et sa politique familiale. Décontracté, le verbe facile, Paul Lamoitier reconnaît que son activité commerciale a pu agacer quelques individus dans ce Front national vigoureusement anti-halal – et pas anti-casher, trop risqué, même si halal et casher, c’est bonnet blanc blanc bonnet. La volaille qu’il vend à cinq-six bouchers musulmans de la région lilloise est estampillé halal contre ce que le FN appelle, par populisme, une dîme versée à la SFVCH-mosquée de Paris ? Paul Lamoitier admet qu’il y a là, c’est vrai, peut-être un petit problème, mais pas de quoi défriser un caniche. Vraiment ? Relisons Françoise Coolzaet, qui appartient comme M. Lamoitier, au groupe FN du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais.

Le Front national demande que le principe de laïcité sur la voie publique soit respecté par tous ceux qui ont la prétention de s’assimiler au peuple français. Il exige la disparition de la viande halal de ces étalages, commerces ou restaurants qui sont une insulte aux racines même de notre Nation et à la Raison. Que ceux qui restent attachés aux pratiques « halal » sachent qu’ils pourront vivre pleinement leur religion dans les pays de tradition musulmane mais ici c’est la France, qui entend bien rester fidèle à ses valeurs.

Source : Invasion halal à Roubaix

Si Paul Lamoitier trouve normal de faire du halal comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, il n’est pas certain que la publicité autour de son activité soit appréciée par Marine Le Pen qui comptait, selon toute vraisemblance, faire de la lutte contre le halal un de ces axes de campagnes pour la présidentielle à venir. Il suffirait que la presse s’empare de ce cas croustillant comme elle les aime pour compliquer peu ou prou la tâche de la présidente du Front national.

Terminons avec une petite pensée pour les « 40 % d’Algériens ou de Marocains » qui mangent du poulet, certainement pas cher, estampillés « halal » dans des abattoirs qui n’ont pas de contrôleur indépendant présent systématiquement et de façon permanente sur place pour vérifier que personne ne colle les estampilles halal là où bon lui semble. Estampillé « halal » on ne sait comment et faisant les choux gras d’un cacique du FN. Bon appétit, bien sûr.

source

http://www.al-kanz.org/2011/10/17/halal-front-national/

Publicités

Publié le 19 octobre 2011, dans Réflexions et débats. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :